S M E T A P Rivière Dordogne
SYNDICAT MIXTE D'ETUDES ET DE TRAVAUX POUR L'AMÉNAGEMENT ET LA PROTECTION DE LA RIVIÈRE DORDOGNE















...en gabarre

La Dordogne et ses gabarres


Depuis le haut moyen-age (16° siècle) et jusqu'au début du 20°siècle, la rivière Dordogne fut un axe de communication vital entre le Massif Central et les ports de Bergerac, Libourne et Bordeaux.

Coureau, Argentat (en amont), Courpet ou Gabarre (en aval) sont parmi les différentes appellations de ces embarcations traditionnelles à fond plat, utilisées alors au transport des marchandises.
Sur la haute Dordogne (de Bort Les Orgues à Argentat), la rivière n'était pas navigable mais flottable ; le bois débité était alors charié par les eaux jusqu'à Argentat, voire Souillac où il était regroupé puis chargé sur les embarcations.

La navigation comprenait deux aspects bien différents :


  • La descente, d'Argentat à l'estuaire, dont les principales marchandises étaient constituées de bois, vin, blé, produits alimentaires locaux ... La descente avait lieu en pèriode de hautes eaux ("eaux marchandes") afin de franchir sans trop de difficulté les nombreux rapides et autres malpas de la rivière, bien connus et redoutés par les gabariers d'antan.
  • La remonte, de l'estuaire à Souillac, qui permettait d'alimenter le "haut pays" en sel, poissons séchés ou salés, sucre, café, ... Ces remontées étaient possibles avec l'aide du vent (voiles) notamment sur la partie aval. En amont, il était fréquent d'avoir recours à la tire ou halage ; ce travail était destiné parfois à des hommes, parfois à des boeufs.

Lieu de travail, 

de communication, d'échanges et de rencontres, la rivière perd lentement son importance dans l'économie locale et le début du 20° siècle marque la fin de la navigation ; déclin accéléré par l'arrivée du chemin de fer.

Un chant de gabarier :

Signons-nous !
La veste à terre !
Ferme au gouvernail !
Rentrez la rame 
Sans se heurter au roc
Il (le pilote) descend
Il passerait au ras de l'enfer.
Il a bonne épaule et bonne poigne
Gronde Malpas
Tu n'auras pas les gabariers de la Dordogne !