S M E T A P Rivière Dordogne
SYNDICAT MIXTE D'ETUDES ET DE TRAVAUX POUR L'AMÉNAGEMENT ET LA PROTECTION DE LA RIVIÈRE DORDOGNE















Les enjeux

Protéger les berges d'un cours d'eau : les enjeux


Erosion : Intervenir ou ne pas intervenir ?


Avoir une vision globale


Avant tout aménagement sur un cours d'eau, il est indispensable de définir les enjeux ou les motivations de ses interventions. Pour cela, il est utile d'avoir une vision globale du milieu, c'est à dire de prendre en compte un maximum de facteurs présents sur lesquels l'aménagement aurait un impact. Ces facteurs sont d'ordre anthropiques et naturels, l'influence peut être directe ou indirecte. Il est important de se projeter dans le long terme et de prendre en compte le continuum rivière.



Connaître les causes de l'érosion


Il faut comprendre pourquoi une érosion est apparue à un endroit précis : plusieurs facteurs entrent en compte, à étudier sur le secteur de l'érosion, mais aussi en amont et en aval, voir sur la rive opposée :


  • La morphologie du cours d'eau : pente, sinuosité, rive concave ou convexe, courants majeurs, …
  • La capacité de méandrage et de divagation naturelle (cours d'eau à fond mobile)
  • La nature physique du sol (composition, texture, granulométrie, …)
  • La présence d'îlots, atterrissements ou embâcles situés dans le lit mineur
  • Le profil de la berge
  • L'age, l'état et la composition de la ripisylve
  • Les pressions exercées sur la berge et la ripisylve : pratiques culturales, piétinement des bovins, présence de ragondins, …)


Une érosion est souvent la conséquence du fonctionnement et de l'évolution naturelle d'un cours d'eau, nécessitant l'importance de comprendre les interactions en présence avant d'agir.

Cela amène à se poser des questions du type :Pourquoi y a t'il des changements dans le cours d'eau ?


  • Changement de morphologie du lit ?
  • Divagation naturelle ?
  • Facteurs externes ?

Définir les enjeux


L'analyse de ces éléments permettra d'appréhender l'ensemble des facteurs responsables de l'érosion.
Les phénomènes d'érosion et de sédimentation sont souvent le fait d'un processus naturel du cours d'eau (retour à un profil d'équilibre, dissipation de l'énergie, …) et contribuent au bon fonctionnement et à la diversité de l'hydrosystème. Il n'est pas forcement opportun d'aller à l'encontre de cette évolution en voulant contenir et figer de façon systématique les cours d'eau.
Cependant, une forte pression anthropique existe, et les parcelles riveraines concernées sont parfois occupées par des infrastructures nécessitant et légitimant une intervention (routes, chemins, habitations, ouvrages d'art,…)
Par conséquent, le choix d'intervenir ou non sur un secteur soumis à l'érosion dépendra fortement des enjeux relatifs à la situation et au secteur précis ; d 'autant plus que le coût des travaux à engager peut se révéler supérieur à la valeur marchande des terrains à protéger.

Cette réflexion doit s'envisager sur le long terme.

Après étude de ces paramètres, et lorsque la décision d'avoir recours à une protection de berge est prise, l'aménageur aura alors le choix entre la mise en œuvre de techniques issues du génie civil (enrochements, palplanches, gabions, …) ou de techniques inspirées du génie végétal (tunage, fascinage, …) voir de techniques mixtes (génie civil + génie végétal).

Envisager l'impact et les répercussions de l'aménagement


Avant la mise en œuvre, il est indispensable de vérifier quels seront les impacts sur les différents facteurs listés auparavant. (Répartition des flux, accessibilité à la rivière, …)

Définir les aménagements prévus dans leur version finale



  • Choix de la (des ) technique(s)
  • Choix des matériaux (minéraux ou végétaux)
  • Période de mise en œuvre (étiage, repos végétatif, …)


Si les travaux sont effectués par une entreprise extérieure, il est nécessaire de définir un CCTP précis et complet ; de plus, la présence du technicien de rivière est fortement conseillée pendant la durée du chantier.

Etablir un plan de suivi ultérieur


Pour des techniques de génie végétal :


  • Suivi de l'évolution de l'ouvrage.
  • Comportement de l'ouvrage pendant et après les inondations.
  • Taille des rejets , recépage, regarnis,…
  • Arrosage de la protection le premier été.

Résumé du processus de réflexion :