Définition
Pourquoi protéger la ripisylve
Etagement de la végétation
Etude : Ripisylve et azote

Définition de la ripisylve et des autres boisements rivulaires


Dans la littérature, on trouve un vocabulaire varié pour nommer ces formations: ripisylve, corridor forestier, forêt alluviale, forêt d'inondation, franges forestières, structures linéaires de bord de rivière..; Tous désignent un ensemble de formations végétales (strate herbacée, arbustive, arborescente, où domine l'arbre), riveraine et en relation avec un cours d'eau, une zone humide, un marais...

ripisylve diversifiée du bord de la Dordogne

Certains auteurs ont souhaité faire une distinction, dans les milieux alluviaux, entre ripisylve et forêt alluviale. Dès les premières tentatives de différenciation des deux communautés végétales les phyto-sociologues ont cherché à distinguer la ripisylve de la forêt alluviale par la qualité de ses formations : la première correspondant à la communauté de bois tendres (saules, peupliers, aulnes), la seconde aux communautés de bois durs (chênes, frênes, érables). La distinction de ces deux entités est essentielle en écologie, mais les termes utilisés peuvent parfois prêter à confusion et ne permettent pas d'inclure certaines forêts riveraines influencées par l'homme ou développées sur de petits cours d'eau. Toutefois, de nombreux auteurs s'accordent pour dire que la ripisylve se différencie de la forêt alluviale par sa capacité d'évolution (évolution réversible ou irréversible du milieu)

Les successions écologiques de la ripisylve peuvent être soumises à des régressions et les processus biologiques sont principalement allogènes. Alors que l'évolution est irréversible dans les forêts alluviales, et donc les processus biochimiques sont autogènes.

D'après "Les ripisylves dans les hydrosystèmes fluviaux" G.PAUTOU, H.PIEGAY, C.RUFFINONI